MEDYATURK | Publié le . Mis à jour le

Turquie: les universités de l’Empire Ottoman à nos jours

Medyaturk.info a décidé de s’intéresser aux universités de l’Empire Ottoman à nos jours; les dates d’inaugurations, leur nombre par période et leur dissémination dans le pays.

1- Les Universités avant la République

Le développement historique des établissements d’enseignement supérieur correspondant aux standards occidentaux en Turquie est assez nouveau par rapport au processus observé dans le reste du monde. La première université moderne au monde était l’Université de Bologne, fondée en 1088. Elle fut suivie par l’université de Paris fondée en 1160 et l’université d’Oxford fondée en 1167. Ces trois universités font partie des sept plus anciennes universités qui existent encore, avec les universités de Montpellier, Padoue, Orléans et Cambridge toutes inaugurées autour de la même période.

L’importance de l’université en Europe émane d’intentions différentes. Elles sont aussi bien conçues sous l’autorité de la papauté, de l’empire, du royaume ou des gouvernements locaux. Les universités en Italie, en France et en Espagne se propagent en très peu de temps.

Jusqu’au milieu du 14ème siècle, la plupart des universités, à l’exception d’Oxford et de Cambridge, étaient situées en Italie, en Espagne et en France.

Les premières universités établies en dehors de ces régions sont les universités de Prague (1347) et de Cracovie (1364), fondées directement par les empereurs romains. Cette expansion s’est accélérée à la fin du 14ème et au début du 15ème siècle. Durant cette période, les universités se sont dispersées dans toutes les grandes villes d’Europe comme Venise (1204), Padoue (1220), Toulouse (1229), Salamanque (1229), Sorbonne (1252), Prague (1348), Heidelberg (1386), Erlurt, St. Andrews (1410), Triene (1454). À la fin du 15ème siècle l’Europe comptait 58 universités.

Les premiers établissements d’enseignement supérieur de « style occidental  » ont été fondés à partir de 1773 après une lourde défaite de la marine ottomane à la bataille de Cesme qui se déroula pendant la guerre russo-turque de 1768-1774. Nous pouvons citer l’école impériale d’ingénierie militaire (Mühendishane-i Berr-i Hümayun) et l’Université technique d’Istanbul (Mühendishane-i Bahr-i Hümayundur). Progressivement, toute une pyramide d’écoles militaires allant du niveau élémentaire jusqu’au niveau supérieur fut mise en place : des écoles secondaires (rüşdiyezn 1838), écoles préparatoires (Idalie en 1846), une École de médecine militaire (Mekteb-i Tibbiye, 1827), l’école de Guerre (Mekteb-i Harbiye, 1834), l’école d’État-major (Erkân-i Harbiye, 1845) ainsi qu’une école navale (Mekteb-i Bahriye, 1838).

Sur le modèle des grandes écoles françaises du début du XXe siècle, Mekteb-I (École tribale impériale) a été inaugurée en 1876, Makkiyebi en 1878, Mekteb-i Sanayi-i Nefise-i Shahane (Ecole des beaux-arts) en 1882, et Mekteb-i Alisi (Ingénieurs en travaux publics) a été fondée en 1909. Il est à noter qu’il y avait aussi des écoles « françaises » accueillant jusqu’à 108 000 élèves.

Dans les derniers siècles de l’Empire ottoman, il y avait deux écoles étrangères d’enseignement supérieur: l’Université américaine de Beyrouth fondée en 1866 et L’université française Saint-Joseph fondée dans la même ville en 1875.
En 1863, Christopher Rhinelander Robert fonde à Istanbul le Robert Collège, une institution d’enseignement américaine. L’Université fusionne avec l’American College for Girls » à Arnavutköy à Istanbul en 1972. L’ancien campus du collège accueille actuellement l’Université du Bosphore.

2- Les universités après la proclamation de la République de Turquie

Avec la proclamation de la République c’est tout le domaine de l’éducation qui est bouleversé notamment le transfère de l’alphabet arabe vers l’alphabet latin qui fut l’un des changements fondamentaux. Par la suite une campagne couvrant toutes les sections de l’éducation a été lancée.

Les changements structurels importants dans l’enseignement supérieur turc ont eu lieu dans les périodes 1923-1946, 1946-1981 et surtout après 1981. Medyaturk.info vous propose de voir ses périodes en détail.

2.a – Les Universités durant la période 1923-1950

L’école de droit a été créée en 1925, l’Institut d’éducation Gazi en 1926 et l’Institut Ziraat en 1930. La Grande Assemblée Nationale décide la réouverture Darülfünund’Istanbul en la renommant Université d’Istanbul, le 18 novembre 1933. En effet, la première université turque n’a ouvert ses portes que 10 ans après la proclamation de la République. Historiquement elle a été fondée en 1453, sous la forme d’écoles par Fatih Sultan Mehmet Han, lors de la conquête d’Istanbul, d’abord sous la forme de medrese (écoles coraniques des sciences théologiques et domaines annexes) qui, jusqu’à la fin du XVIe siècle furent essentielles pour former les cadres de l’administration ottomane. Mais comme les medrese n’étaient plus suffisantes pour une société modernisée, un processus de restructuration débuta avec des institutions d’éducation supérieure appelées « Darülfünun qui formèrent l’ancêtre de l’université d’Istanbul le 23 juillet 1846. Les medrese furent abolies en 1924 par Mustafa Kemal.

Ce n’est qu’en 1944 qu’a été ré-ouverte l’Université Technique d’Istanbul, fondée par le sultan Mustafa III comme l’école des Ingénieurs de la marine impériale (Mühendishane-i Bahr-i Hümayun, dédiée à la formation des constructeurs de navires et des cartographes.

C’est durant cette période que des développements importants ont eu lieu à Ankara avec l’établissement d’écoles supérieures; la faculté des langues, de l’histoire et de la géographie (1937), la faculté des sciences (1943) et la faculté de médecine (1945). De plus, en 1935, Makkah Mektebi à Istanbul a déménagé à Ankara en prenant le nom de  « faculté des sciences politique ». Ce n’est que le 12 juin 1946, que l’Université d’Ankara a été créée en tant que troisième université de Turquie. (Carte 1).

2.b- Les Universités durant la période 1950-1980

Comme nous l’avons vu plus haut, jusqu’en 1950, il n’y a que l’Université d’Istanbul, l’Université Technique d’Istanbul et l’Université d’Ankara comme unités universitaires en Turquie. Cependant, après cette période, une refonte complète a été faite entre 1955 et 1957 et de nouvelles universités ont ouvert leurs portes;

• Dans la région de la mer noire, l’Université technique de la mer noire à Trabzon le 20 mai 1955
• Dans la région de la mer Egée, l’Université égéenne Izmir fin 1955
• Dans la région d’Anatolie orientale, l’Université technique du Moyen-Orient à Ankara en 1959.

Comme nous le savons, cette période correspond à une croissance démographique très élevée en Turquie. Les universités, nouvellement créées étaient une réponse au phénomène d’exode rural que connaissait le pays. Bien sûr, les diplômes universitaires proposés devaient correspondre au secteur industriel qui demandait des ingénieurs, des techniciens et de la main-d’œuvre qualifiée.

Après la création de l’Université technique du Moyen-Orient en 1959, aucune nouvelle université n’a été inaugurée durant les huit années suivantes. La seule université inaugurée entre 1959-1970 a été celle de l’Université Hacettepe en 1967 à Ankara. Les années 70 commencent à Istanbul avec l’inauguration en 1971, de l’Université de Boğaziçi. Deux ans plus tard, dans la région de l’Anatolie du sud-est, ce sera au tour de l’Université de Dicle à Diyarbakır, suivront également dans la région méditerranéenne à Adana, l’Université de Çukurova et l’Université Anadolu à Eskisehir.
Quand nous faisons les comptes entre 1923 (fondation de la République) et 1973, c’est-à-dire une période d’un demi-siècle, il n’y a que 12 universités en Turquie. Trois sont à Istanbul, trois à Ankara, une à Trabzon, une à Erzurum, une à Izmir, une à Diyarbakir, une à Adana et une à Eskişehir.

Les universités fondées en dehors d’Ankara et d’Istanbul sont situées dans des grandes villes ou en devenir. Ici nous pouvons dire que les universités n’ont fait que consolider la puissance de ces villes et développer leurs influences régionales.

Entre 1973 et 1980, de nouvelles universités ont continué à être inaugurées dans les centres urbains des différentes régions de la Turquie. Ces centres contribueront au développement des régions où ils se trouvent et influeront de plus sur les villes environnantes.

En 1974, la région de l’Anatolie Centrale voit la fondation de son cinquième établissement, l’Université Républicaine de Sivas.

Une année plus tard le 04 novembre 1975, la Turquie inaugure cinq universités;
• Dans la région d’Anatolie orientale, l’Université Inönü à Malatya et l’Université Firat à Elazig
• Dans la région de la mer noire l’Université 19 Mayıs à Samsun
• Dans la région d’Anatolie centrale, l’université Selçuk à Konya
• Dans la région de Marmara, l’Université Uludag à Bursa

Pour terminer la décennie, dans la région d’Anatolie centrale, l’Université Erciyes a été inaugurée à Kayseri 18 novembre 1978. (Carte 2).

Comme mentionné ci-dessus, la création de nouvelles universités est le résultat d’un effort visant à assurer une répartition équilibrée de l’enseignement supérieur dans tout le pays. Dans le même temps, il s’agissait d’éliminer les déséquilibres entre les régions et d’accroître ces villes grâce à l’attraction que pouvaient créer ces nouvelles universités.

Cependant, ces universités, ont eu un processus de développement plus difficile que celles d’Ankara, Istanbul et İzmir parce qu’elles ne disposaient pas assez d’enseignants et d’équipements techniques. En fait, en 1981, le nombre total d’étudiants des 10 universités établies en dehors d’Ankara, Istanbul et İzmir n’excédait pas 7% du nombre total d’étudiants du pays.

En ce qui concerne le nombre d’enseignants, nous observons aussi un grand déséquilibre. Les enseignants dans ces universités étaient en nombre de 1806 soit 14% des 12573 que comptait le pays.

2.c- Les Universités durant la période 1980-1990

L’année de la réforme universitaire en 1981 est une étape importante de l’enseignement supérieur turc. Les raisons de la réforme ont été examinées en détail par certains chercheurs.

Voici ce qu’il en ressort; Huit universités ont été inaugurées dans six villes différentes le même jour, le 20 juillet 1982. Lorsque ces nouvelles universités sont examinées de plus près on constate qu’elles fusionnent sous un même toit des institutions existantes telles que l’académie et l’école secondaire qui ont des formations différentes. Pour cette raison, la majorité des universités inaugurées en 1981 sont dans les grandes villes où l’infrastructure était prête. Trois des huit universités sont à Istanbul ; l’Université technique Yildiz, l’Université Marmara, l’Université Mimar Sinan. Les cinq autres réparties dans les grandes villes sont ; L’Université Gazi à Ankara, l’Université Dokuz Eylül à Izmir, l’Université Akdeniz à Antalya, l’Université Trakya à Edirne et l’Université Yüzüncü Yıl à Van.

Lorsque nous examinons la répartition des universités selon les régions en prenant en compte les universités nouvellement inaugurées; huit universités sont dans la région de Marmara, neuf universités sont dans la région de l’Anatolie centrale, deux universités sont dans la région de l’Anatolie du sud-est, quatre dans la région de l’Anatolie orientale, deux dans la région de la mer Noire, deux dans la région égéenne et deux  sont dans la région méditerranéenne.

Par la suite la seule université inaugurée durant cette décennie fut l’Université Gaziantep le 27 juin 1987. (Carte 3)

2.d- Les Universités durant la période 1990-2006

L’année 1992 est importante dans le sens que 24 universités, une privée et 23 publiques en Turquie sont inaugurées en une seule journée. À l’exception de l’université Koç d’Istanbul et de la High Technologie Institut fondée à Izmir, les 22 autres universités sont dispersées dans les villes moyennes et plus précisément sur la ligne Samsun-İskenderun.

La répartition régionale de ces inaugurations d’universités est comme suit; 6 se trouvent dans la région de Marmara, 3 dans la région d’Anatolie centrale, 2 dans la région de la mer noire, 4 dans la région méditerranéenne, 7 dans la région égéenne, 1 dans la région d’Anatolie orientale et 1 dans la région d’Anatolie du sud-est.

Avec ces universités, le nombre d’universités en Turquie à la fin 1992 est passé à 53. Deux de ces universités sont des universités privées et 51 sont publiques. Dans la période de 1981-1992, il n’y a pas eu de changement significatif dans le nombre d’universités à Ankara et à Istanbul (à part l’université Koç). Par contre, à Izmir l’ouverture de l’Institut de haute technologie a fait passer le nombre d’universités dans cette ville à 3.

Les universités publiques en Turquie après 1992 ont été;
• L’Université d’Osmangazi, qui a été la deuxième université à Eskisehir inaugurée le 18 aout 1993
• L’Université Galatasaray, la 7ème université à Istanbul inaugurée le 19 juin 1994

Après 1994, nous observons l’explosion des universités privées. À l’exception du Çağ University à Tarsus et les deux autres, Yaşar University et İzmir Economy University fondée à Izmir toutes les autres sont concentrées à Istanbul et à Ankara. Bien que le nombre d’étudiants soit resté stable, le nombre d’universités privées a considérablement augmenté. Istanbul a été la ville la plus gâtée dans le domaine des universités privées. En effet 16 des 25, soit plus de 50% des établissements nouvellement crées, l’ont été à Istanbul (Cartes 3 et 4).

2006 est une année importante car les inaugurations d’universités dans le pays reprennent. En fait, le 1 mars 2006, 15 universités ont été inaugurées dans différentes régions de la Turquie. Avec ces 15 nouvelles universités, le nombre d’universités en Turquie est passé à 93. En observant ces nouvelles universités  nous pouvons voir qu’elles sont toutes situées dans des villes moyennes avec des populations entre        50 000 et 120 000 habitants. Dans les détails, près de la moitié des établissements sont dans des villes ayant une population entre 50 000 et 75 000 habitants (Carte 5).
En ce qui concerne la répartition régionale dans ces villes, il convient de noter que 8 des 15 universités nouvelles l’ont été dans la région de la mer Noire, les 7 universités restantes se trouvant dans la région de l’Anatolie centrale.

3- Distribution régionale des universités fin 2006

Lorsque nous examinons la répartition des universités par région, nous constatons que la densité est concentrée dans la région de Marmara. La raison est qu’Istanbul fait partie de cette région et qu’à elle seule elle détient 23 des 31 universités de la région. 16 de ces universités sont privées, 7 sont des universités publiques. Les 8 autres universités publiques sont celles de Kocaeli (2), Çanakkale, Edirne, Sakarya, Bursa, Balıkesir et Tekirdağ.
La région la mieux lotie après Marmara est celle d’Anatolie centrale avec 19 universités qui a pour avantage d’avoir Ankara et ses universités.
Des 10 universités d’Ankara, 4 sont publiques et 6 privées. En dehors de la capitale les universités sont celles de Kırıkkale, Niğde, Kayseri, Konya, Sivas, Kırşehir, Aksaray et deux à Eskisehir. Les provinces qui n’ont pas encore d’université dans la région d’Anatolie centrale sont Nevşehir et Karaman.

4- Processus de développement et distribution régionale des universités en Turquie en 2006

La 3ème région en nombre d’universités est celle de la mer Noire. La raison est que plus de la moitié des 15 dernières universités inaugurées en Turquie l’ont été dans cette région. Nous pouvons y citer les universités de Samsun, Trabzon, Bolu, Zonguldak, Tokat, Kastamonu, Düzce, Rize, Giresun, Corum, Yozgat, Ordu et Amasya. Bien que troisième région universitaire, elle n’a pas d’université dans ces 6 centres provinciaux de Bartın, Karabük, Çankırı, Sinop, Gümüşhane, Bayburt et Artvin.

Après la région de la mer Noire, la région de la mer Égée est la région avec le plus grand nombre d’universités. Il y a un total de 12 universités, 5 d’entre elles, 3 publiques et 2 privées, sont concentrées à Izmir. Les autres sont situées dans les centres provinciaux ; Manisa, Afyon, Aydın, Kütahya, Muğla, Denizli et Uşak.

La 5ème région la mieux servie avec 8 universités est la région méditerranéenne. 7 universités publiques sont réparties dans les villes d’Adana, Mersin, Kahramanmaraş, Antalya, Isparta, Hatay et Burdur. La seule université privée est celle située à Mersin (Tarsus). En dehors d’Osmaniye toutes les provinces possèdent une université.

La 6ième est celle d’Anatolie orientale qui compte 6 universités. Les universités se trouvent à Erzurum, Elazığ, Malatya, Van, Kars et Erzincan. Ces provinces désertes d’université sont Tunceli, Bitlis, Bingöl, Mus, Ardahan, Bingöl, Ağrı, Hakkari, Iğdır, Sirnak.

Tout en bas de la liste se trouve la région d’Anatolie du sud-est qui compte le moins d’université au nombre de quatre. Les universités sont situées à Diyarbakir, Gaziantep, Şanlıurfa . Il n’y a pas d’université dans ses provinces de Kilis, Batman, Siirt et Mardin. (Carte 5).

Comme vous pouvez le voir, il existe une disparité importante entre les régions. La raison est que les régions sont très différentes les unes des autres en matière de population et au niveau du développement. Les grandes villes comme Istanbul et Ankara concentrent le plus grand nombre d’universités. Ces deux villes sont démographiquement et économiquement les plus développées du pays.

Cette situation affecte naturellement les disparités interrégionales. Elle n’est pas seulement dûe au nombre d’universités, mais aussi au nombre d’enseignants et d’étudiants qui sont très élevés dans les universités publiques des grandes villes. En d’autres termes, les universités publiques dans les grandes villes sont devenues les meilleures universités avec le temps.

La répartition géographique des universités avec le plus d’étudiants et de professeurs est concentrée dans la région de Marmara, dans la région d’Anatolie centrale et dans la région Égéenne. Cependant, on constate que les dernières universités inaugurées se trouvaient dans la région de la mer Noire, ce qui est un avantage sur les autres régions. La région de la mer Noire est devenue en quelques années un aimant à étudiant. Ces universités ont permis d’avoir un développement ainsi qu’un potentiel d’influence socio-économique.

 

5- Les Universités durant la période 2007-2017

Entre 2007 et 2017 le nombre d’inaugurations d’universités à explosé. En 2006 il y avait 93 universités dont 68 publics et 25 privées. En 2017 nous trouvons un total de 186 universités dont 119 publics et 67 privées.

5a- Les Universités inaugurés entre 2007 et 2008

5b- Les Universités inaugurés entre 2009 et 2013

5c- Les Universités inaugurés entre 2014 et 2017

Conclusion

Lorsque nous examinons le processus de développement des universités en Turquie, l’augmentation du nombre d’universités a été réalisée surtout après 1945.

Coïncidence, puisque cette date marque la fin de la Seconde Guerre mondiale mais aussi la fin du Parti unique. Malheureusement, l’image du père de la nation Turc, Mustafa Kemal qui voulait que son peuple soit éduqué selon le modèle occidental ne se reflète pas dans les faits, puisque entre la proclamation de la république en 1923 et 1938 date de son décès, seules 2 universités ont été inaugurés. De plus, ces deux universités existaient déjà à l’époque de l’Empire Ottoman. Entre 1938 et 1946, le Parti unique (CHP), qui était à la tête du pays n’a inauguré d’une seule université. Dans les faits l’État à juste déplacé une université Ottomane, d’Istanbul à Ankara et lui a donné un autre nom.

Après 1946, il y a un boom de la population et de l’urbanisation, ce qui poussera l’État à accélérer l’ouverture de nouvelles universités. L’État a ouvert les universités dans différentes grandes villes et régions pour qu’elles deviennent des pôles attractifs pour les étudiants et assurent le développement interrégional.

En fait, la majorité des universités inaugurées par l’État entre les années 80 et 2006 sont dans des grandes villes régionales. L’objectif a été de réduire l’écart de développement entre les régions, de préparer le terrain pour le développement économique dans ces villes. Les universités sont des pôles attractifs, en particulier pour le commerce. L’État a souhaité créer un dynamisme et partager l’économie dans le pays. Les universités inaugurées en 2006 ont été choisies pour développer les villes de la région de la mer noire. La région est devenue la troisième concentration universitaire avec 13 universités. Une émigration interne très importante a eu lieu vers cette région qui a permis de créer des millions d’emplois.

A partir de 2007, le nombre d’université en Turquie explose et un programme sur la qualité de l’enseignement est lancée. Il existe des universités qui sont enseignés en anglais, allemand ou français. La plupart des programmes internationaux sont enseignées dans les universités privées, où la langue d’enseignement est le plus souvent l’anglais. Les universités privées sont également connus comme les universités de fondation.

Actuellement, environ 30.000 étudiants internationaux sont inscrits à des programmes d’éducation dans le pays, mais la Turquie a pour objectif d’augmenter ce nombre à 150.000.Bien que la plupart des disciplines universitaires sont disponibles, les programmes populaires pour les étudiants internationaux sont Relations internationales, études de la Méditerranée, Études affaires multiculturelles et ingénierie, gestion d’entreprise.

En 2016, une seule université turque figurait sur la liste des 200 meilleures universités. En 2017, Quatre universités turques se sont placées parmi les 200 premières, six autres ont été sur la liste des 400 meilleures universités.

1- L’Université Technique du Moyen-Orient (ODTÜ) (85e place)
2- L’Université du Bosphore (139e place)
3- L’Université technique d’Istanbul (İTÜ) (165e place)
4- L’Université Sabancı (182e place)
5- L’Université de Bilkent (201e place)
6- L’Université Koç (301e place)

Les universités turques sont désormais sur la bonne voie et concurrencent les universités occidentales. L’objectif prochain de la Turquie est de réussir à sortir de ses universités des génies, dit de 3e génération. Des génies qui seront créeront des entreprises capables de gagner des milliards de dollars, juste avec l’intelligence, à l’image de google, Appel, Microsoft et Facebook.

FTU