MEDYATURK | Publié le . Mis à jour le

Whatsapp bloque les comptes des journalistes palestiniens

WhatsApp a bloqué plusieurs comptes de journalistes palestiniens après les attaques, la semaine dernière, d’Israël dans la bande de Gaza. En effet, les journalistes fournissaient des informations en direct lors de l’offensive israélienne sur Gaza.

WhatsApp explique que les numéros de téléphones des journalistes et activistes palestiniens sont bloqués pour « non-respect des règles d’utilisations et d’interactions de l’application ».

De même, Facebook, la maison mère de WhatsApp, avait procédé, elle aussi à la fermeture de centaines de pages liées aux groupes palestiniens.  

Les journalistes condamnent cette initiative et accusent WhatsApp d’être complice des crimes commis par Israël contre les Palestiniens. Ils expliquent que les justifications fournis ne sont pas valables.   

De son côté, le correspondant d’Anadolu à Gaza, Mustafa Habbus, a précisé que, lui-même a été victime de cet acharnement. D’après lui, son compte personnel a été également clôturé.

« Le but de cette opération est d’empêcher d’informer le monde entier des crimes commis par l’armées israélienne », observe ainsi le journaliste.

En effet, les deux jours d’offensive israélienne ont coûté la vie à 34 Palestiniens et en ont blessé 111 autres.

D’autant que depuis plusieurs années, plusieurs journalistes ont été tués dans la bande de Gaza. Cette censure envers les journalistes est une forme de soutien à l’armée d’occupation.

Au mois de mai, les locaux d’Anadolu avait été également bombardé.

Toujours pas de gouvernement en Israël

Cette censure intervient dans un climat de tension en Israël où le gouvernement n’a toujours pas été formé.

D’ailleurs, le Président israélien, Reuven Rivlin a conseillé, Benny Gantz, de ne pas former un « gouvernement minoritaire » soutenu par les Arabes.

De son côté, Netanyahou met en garde, contre un gouvernement soutenu par les arabes qu’il considère comme une menace.

Gantz a jusqu’à mercredi prochain pour former un nouveau gouvernement.

Jusqu’à présent, le « Likoud » et le parti « Bleu-Blanc » ne sont pas parvenus, jusqu’à présent, à former un gouvernement d’union nationale.

Pour rappel, Gaza est sous blocus sioniste depuis des années sans que la communauté internationale puisse trouver une solution.

Fatih KARAKAYA